ÉCOLE DE MÉDITATION

NORD ISERE

QUELLES PRATIQUES DE MÉDITATION SONT ÉTUDIÉES ?

(sachant que la méditation ne se résume pas à des techniques)

Le développement de la vigilance et l’ouverture à ce qui est.

Voici ci-dessous un panel de techniques  développées dans l’école. Elles ont fait leurs preuves depuis des centaines voire des milliers d’années. Elles sont liées et complémentaires et particulièrement adaptées à notre monde contemporain.

. Le développement de la vigilance est la première étape sur le chemin vers soi, qui permet de tranquilliser, pacifier l’esprit, la conscience. Cela passe par le développement de l’attention par exemple au souffre.

Une formule parlante : l’esprit est calme comme un lac sans ride, ni vague.

. Ensuite la pratique peut évoluer vers l’ouverture de l’attention à « ce qui est » : voir les choses telles qu’elles sont, en nous et en dehors de nous, sans que le mental interfère « à tous vents ».

L’objet de ces pratiques est de faire grandir en chacun(e) un espace d’accueil intérieur, cette part en nous que l’on peut nommer le « témoin ». Une part neutre qui ne juge pas, ne s’empare pas (de ce qui est plaisant) et ne repousse pas (ce qui est désagréable).

Une vision pure et claire de ce qui est, ici et maintenant et qui nous permet de ne plus être envahi, petit à petit, par tout ce qui peut nous submerger au quotidien : les émotions et les pensées dites « négatives », parasites et s’installer au fur et à mesure dans une réelle tranquillité, une paix intérieure ancrée.

. Une troisième étape est proposée afin de permettre une ouverture du cœur de manière plus fluide : la méditation basée sur la compassion, l’altruisme.

Pour résumé il s’agira de développer la stabilité à la fois physique, émotionnelle et mentale. Cela passe par l’ancrage au niveau du «hara» (centre vital), cultiver le lâcher-prise, et l’accueil de tout ce qui s’exprime.

. Enfin, pour permettre d’ancrer ces techniques dans le quotidien, nous pratiquons également la méditation en action.

– L’ÉTAT D’ESPRIT –

Une approche non religieuse mais ouverte aux traditions de sagesse.

L’école de méditation ANATTA n’est rattachée à aucune lignée traditionnelle particulière ni à aucune mouvance récente (“Mindfulness”, “Pleine Conscience”, “Search Inside Yourself”…).

Il y est toutefois fait référence aux grands textes et pratiques des traditions de sagesses – particulièrement le Bouddhisme et l’Hindouisme, sans occulter toutefois les autres voies de sagesse ou de philosophie authentiques.

Sans pour autant tomber dans un syncrétisme qui pourrait nous faire perdre l’essence de ces enseignements : découvrir notre «vraie nature humaine».

La méditation est présentée dans un but de cheminement personnel et non pas dans une perspective religieuse, dans ce sens il n’y a aucune iconographie ou cérémonial particulier.

Pour autant la dimension sacrée est présente à travers l’intensité de la connexion à l’instant présent et de la relation à soi-même et aux autres.

Un cheminement personnel – vers une autonomie…

« Pour trouver une source d’eau, creusez un trou de 15 mètres plutôt que 15 trous de 1 mètre.»

L’école de méditation est un espace de travail où chacun(e) est libre de cheminer à son rythme.

Le propos est avant tout d’inviter chacun(e) à prendre le risque de son propre chemin, de chercher à en prendre la responsabilité, dans la profondeur.

… Et collectif – vers un partage

L’école est une association au sens fort du terme. Elle s’emploie à établir un climat qui permette l’émergence d’une communauté de pratiquants qui ont plaisir à s’exercer ensemble et à explorer le sens de la pratique.

– S’INTÉGRER À LA VIE DE L’ÉCOLE –

Pour aider chacun(e) à mieux s’intégrer et permettre de créer des liens réels entre toutes et tous :

. L’aide bénévole aux activités de l’école :

Chacun(e) peut apporter sa contribution bénévole en s’impliquant comme il/elle le souhaite, ponctuellement ou dans la durée.

C’est une occasion de rencontrer les autres membres amis en travaillant ensemble à l’organisation des activités.

Occasion également d’approfondir la mise en pratique méditative “dans le courant de la vie”.

POUR ALLER PLUS LOIN...

– LES POSTURES –

Avant tout il est important d’insister sur l’aspect confortable de la posture : une posture stable et agréable. La bienveillance envers soi-même commence dès cette étape. 

Différentes postures peuvent être adoptées lors de la méditation :

1/ Posture sur un coussin de méditation (zafu). Cette posture est la plus traditionnellement utilisée. Elle permet une dynamique dans la détente ainsi qu’une bonne circulation des énergies.

2/ Posture sur une chaise : si vous avez une difficulté physique cette posture est à adopter.

3/ Posture allongée : explorer la méditation en étant allongé(e) est une expérience à tenter. Cependant cette posture invite très rapidement le corps à se mettre en état de « sommeil ».

– LE TRAVAIL SPÉCIFIQUE SUR LES ÉMOTIONS –

Sur le chemin de la connaissance de soi, le travail sur les émotions est d’une importance évidente.

Dans un premier temps, plus ou moins long en fonction de la pratique, ce travail passe par l’ouverture aux émotions qui se manifestent en nous (sans refus ni appropriation), tout d’abord en posture de méditation et ensuite dans la vie de tous les jours. 

Après un certain temps de pratique, parfois très long – lorsque la présence consciente est concrètement établie en soi – un travail très spécifique sur les émotions peut être mis en œuvre.

il s’agit de « revisiter », voir à nouveau, les émotions qui ont été refoulées dans ce réservoir que l’on nomme l’inconscient, en étant établi dans cette posture de pleine présence. Ces émotions se manifestent au niveau de ressentis corporels et de pensées. 

Cela se fait en posture silencieuse et  dans l’ouverture bienveillante, l’accueil inconditionnel de tout ce qui se révélera au cours de ces séances particulières.

 – MÉDITER LES YEUX OUVERTS, POURQUOI ?

On peut dire qu’il y a autant d’opinions que d’écoles sur le fait de méditer les yeux ouverts ou fermés.

Dans ce domaine comme en toutes choses le juste milieu, l’instant présent et le ressenti sont à exercer.

Pour autant dans notre école nous préconisons  de pratiquer la méditation les yeux ouverts (ou mi-clos). Pourquoi ?

. La principale raison est de ne pas nous couper de la réalité. La méditation n’est pas une fuite dans un monde idéal fait de rêverie intérieures mais bien d’expérimenter ce qui est, ici et maintenant.

. La méditation est également une préparation à la vie dans l’action et dans l’action nous avons les yeux ouverts. Si vous souhaitez méditer dans le bus, le train ou chez le dentiste, il sera plus aisé de le faire les yeux ouverts.

Et si vous n’y êtes pas préparés, vous serez décontenancés.

. Enfin on peut vérifier que les yeux fermés, l’esprit vagabonde plus aisément d’une idée à une autre, d’une rêverie à une autre.

C’est également un signal pour le corps de « mise en sommeil ».

Cela dit, au cour de la méditation, les yeux peuvent parfois se fermer d’eux-même et se rouvrir. Dans ce cas-là il n’y a rien d’autre à faire que « laisser faire » et être avec.